"A tous les visiteurs, si vous apportez avec vous votre mets favori, salé ou sucré, si vous savez chanter ou danser sans retenue avec la légèreté du vent printanier et de la rivière en automne,si vous n'affichez pas un air suffisant ou affligé,alors nous partagerons la plus grande joie"



Santoka




dimanche 10 janvier 2016

Maya

C'est avec une profonde tristesse que j'ai appris le décès de Maya Yammine. Je me replonge dans sa poésie, le cœur lourd.



 

 
 


ses moments de paix
 
 
 
 
 
 
 
 
récréation
les nuages jouent
à saute-mouton
 



 
 
 
 
 
 
 
 
fraîcheur de l'aube
encore un peu
je croirai ce silence

 

 

 
 



 
 
 
 

 
fleurs mortes
le matin s'occupe
de lui-même

 

 

 
 
 
 

 
 
 
 
 

 
chant des oiseaux
mes idées se dispersent
sous le feuillage

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

soupe de courge
la maison sent l'hiver
à petit feu
 



 
 
 
 
 
 
 
 
tombe la nuit
les lumières du sapin
dans les yeux du chat
 
 
 



 
 
 
 
 
 
bientôt l'hiver
tout se couvre de neige
jusque dans nos rêves
 
 
 
 
 
 



 
 

 
les pieds dans l'herbe
encore humide – le temps passe
tranquillement

 

 

 



 
 
 
 
 

 
et puis le silence
pour causer avec mon corps
de l'huile d'argan

 

 

 
 
 
 
 
 

 
ses moments de séduction et de plaisir

 

 

 
 
 
 
 
 

 
chemin montant
un moucheron
me fait la cour

 

 


 

 
 
 
 
 
 

 
un maillot à fleurs bleues
laisse flotter
une odeur de tendresse

 

 

 
 
 



 
 
 

 
tic tac de l'horloge
côte à côte sur le lit
les paupières tendres

 

 

 
 



 
 
 
 

 
sur un transat vert
je cherche les mots
qui me manquent

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
devant une confiture
de prunes et de cerises
ma main hésite

 
  
 

 
 
 
 
 
 

 
maison close
un fruit tremble
imperceptiblement

 

 

 
 


 
 
 
 
 

 
agenda chargé
sous ma chemise rouge
une dentelle noire

 

 

 
 
 


 
 
 
 

 
pause pipi
en profiter
pour fixer sa jarretière

 

 

 
 
 
 
 


 
 

 
rose tyrien
ma robe s'approche
au bord du soir

 

 

 
 
 
 
 
 


 
 
 

 
fin août
il s'en va avec mon rouge
sur ses lèvres

 

 

 
 


 
 
 
 
 

 
le vent
un peu plus chaud
entre mes jambes

 

 


 

 
 
 
 
 
 

 
canicule
l'été en moi
prend feu

 


 

 

 
 
 
 
 
 

 
la robe à lacets
prendre son temps
pour nouer et dénouer

 

 

 
 
 
 
 


 
 

 
son regard
dans l'épaisseur du silence
je me donne


 

 

 
 
 


 
 
 
 
 


ma robe ôtée
ses mains poursuivent la courbe
de mes années


 

 

 
 
 


 
 
 
 
 


sa langue vagabonde
sur les champs de ma peau
comme si...

 

 


 

 

 
 
 
 
 
 

quand il m'aime
je m'aime
réflexion d'un soir

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

à travers les trous

de son pull écru

les ptits remous de sa peau
 
 
 
 
 
 


 
 
 


il contemple
l'entrelacs de mes seins
chaud froid d'automne 

 
  
 

 
 
 
 
 
 

 
corps emmêlés
l'odeur fauve de l'amour
lentement s'évapore

 

 


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

glace brisée
ses petits ronflements

après l'amour
 
 
 
 


 
 
 
 
 
 
ses mots ce soir
une pluie de perle
sur mon dos nu
 
 
 



 
 
 
 
 

 
ses moments de nostalgie

 

 

 
 
 
 
 
 

 
fête de campagne
sur un slow nonchalant
mon premier baiser

 

 

 



 
 
 
 
 

 
première neige
ce garçon souriant à son père
c'est moi

 

 

 
 
 
 



 
 

 
cerner un monde
plein d'écailles
le baiser doux d'une mère

 

 

 
 
 
 
 
 
 

 

novembre en pleurs
une mère chante une berceuse

à son enfant








 
 
ses moments de souffrance

 

 

 
 
 
 
 
 

 
où que j'aille
toujours présente avec moi
la guerre

 

 




 
 
 
 
 
 

 
si pleine de moi
la main de mon père
sur son lit de mort

 

 

 
 
 



 
 
 

 
un pied dedans
un pied dehors
tous ces morts dans mes rêves

 

 

 
 
 
 
 
 

 
 
et ses moments de profonde solitude. Nous avions un jour parlé de la solitude. Elle m'avait décrit la sienne comme une plaie profonde, ancrée en elle.
 







 
 
parfois
les mains entre les cuisses
je prie

 

 

 
 



 
 
 
 

 
parfois
l’orgueil au siphon
être aimé

 

 




 
 
 
 
 
 

 
bientôt un an
ses derniers mots
prends soin de toi

 

 

 



 
 
 
 
 

 
fatiguée
jusqu'au bout des lèvres
un baiser suffit

 

 

 
 



 
 
 
 

 
nuit inachevée
j'ai laissé ma bonne humeur
de l'autre côté

 

 

 
 



 
 
 
 

 
tu en as choisi une autre
les feuilles des arbres
tombent si vite !

 

 




 
 
 
 
 
 

 
à voix basse
la nuit se perd
à son tour

 

 

 
 



 
 
 
 

 
matin d'ennui
même le regard du chat
dans le vague

 

 

 
 
 
 



 
 

 
cette nuit encore
le lit trop grand pour mes rêves
je caresse une ombre

 

 

 
 
 
 
 



 

 
rien ne vient
que cette pluie froide et drue
derniers d'octobre

 

 

 
 
 
 
 
 




 

bien avant le jour
à l'autre bout de la nuit
le corps froid et seul

 

 

 

 
 
 
 
 
 




 
 
 
 
entre moi et le monde
le silence
des coquelicots
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repose en paix, Maya. Nous t'aimions, tu sais. Tu vas tellement nous manquer.
 

3 commentaires:

Nomade Man a dit…

C'est un bel hommage. Et c'est un hommage mérité.

Cremer Gagnepain Michèle a dit…

Bouleversant !!! Merci Vincent. Dur de comprendre qu'une belle fille comme cela ait décidé de quitter la vie. Son visage est rayonnant. Toutes mes pensées convergent vers elle.

Anonyme a dit…

Je ne te connaissais pas Maya. Ta poésie est merveilleuse, je le dis aux tiens pour qu'ils en soient absolument certains.

Nous continuons d'écrire de la poésie comme les comédiens montent en scène.
Nous continuons d'en lire car c'est la vie même.

Pascal Nyiri, animateur poétique sur la radio montpelliéraine de l'Eko des Garrigues / 88.5 FM