"A tous les visiteurs, si vous apportez avec vous votre mets favori, salé ou sucré, si vous savez chanter ou danser sans retenue avec la légèreté du vent printanier et de la rivière en automne,si vous n'affichez pas un air suffisant ou affligé,alors nous partagerons la plus grande joie"



Santoka




samedi 20 février 2016

Silences

C'est avec une joie immense que j'ai appris la parution prochaine de mon prochain recueil de haïkus : Silences. Le silence est ce qui habille le haïku. Ce qui le fait résonner. Le blanc qui l'entoure. L'air qui le fait respirer. Les silences - au pluriel - parce que les haïkus de ce recueil évoquent plusieurs formes de silences : silence embarrassé, silence boudeur, silence recueilli, silence contemplatif...




 
Silences sera disponible le 25 février depuis le lien ci-dessous, mais il devrait être possible de se le procurer chez votre libraire, sur le site de la FNAC ou sur Amazon (mais préférez vos libraires).

http://www.editions-unicite.fr/auteurs/HOARAU-Vincent/Silences/index.php

jeudi 28 janvier 2016

Kukaï d'hiver

Cet hiver encore, j'ai lancé un kukaï en ligne sur le forum Un haïku par jour. Plus de soixante personnes m'ont fait parvenir deux haïkus sur le thème de l'hiver.

Voici les résultats :




Kukai d'hiver 2016



Voici donc les haïkus que vous avez préférés pour ce nouveau kukaï. De l'avis général, cette édition a été une réussite, avec une quantité de très beaux textes. Que le choix a du être difficile pour vous !
Les voici donc.





Ont reçu un vote :









hiver doux -
sur la coronille en fleurs
mon chien pisse



Fitaki





Sous un ciel glacial
Tendant ses bras décharnés
Frissonne le tilleul



Michèle Cremer Gagnepain



premiers flocons
sur le col de sa veste
des pellicules



Patrick Fétu



matin de janvier
si fragile elle aussi
la fleur de camélia



Danièle Duteil



Une feuille d'automne
étourdie dans ce blizzard
je rentre chez moi



Geneviève Marceau Vacchino





Frou-frou
comme une valse la neige
entre les sapins



Gérard Maréchal







d'une botte sur l'autre
la maraîchère se dandine -
buée sur les poireaux



Catherine Girardeau





on se pèle -
manger avec les doigts
un cornet chauds les marrons



Catherine Girardeau



nuit de janvier
écoutant
le sol blanchir



Hélène Duc



rivière de brume -
les bernaches
en vol serré



Fitaki



un peu de givre
sur le pare-brise
si fraîche sa bouche



Monique Junchat





Frimas d'hiver
les chaussettes se remettent
en couple



Pascale Dehoux



Début de l'hiver
sur la haie d'épine noire
déjà des fleurs blanches



Kirill Giraudon




Linceul du silence -
sur la neige immaculée
l'empreinte des pas



Josiane Le Roy





table au jardin
pour l'an nouveau
trois moineaux et un merle



Robert Gillouin



premier jour sans elle -
la neige n'efface pas
l'éclat de son rire



Marie-Alice Maire



Dernière godille ~
le soleil nous abandonne
au premier virage



Gérard Maréchal



par-dessus les toits
le mistral fait son Wagner
quel talent ces chats



Jean-Pierre Garcia Aznar





lever du jour
il a neigé
sur le chagrin 



Joelle Quinta Rayner



cimes de soie -
la nature sans
écharpe



Jonathan Stone Engelinus



Étoiles glacées
les flocons virevoltent
 silence - il neige



Chantal Christin




Fonte de la neige
sur le sentier en dévers
de petits rapides



Jean-Paul Gallmann





par groupe de sept
penchés sur la blanche neige
quelques saules nains



Françoise Gabriel



premiers flocons -
emporté par un vol
de flamands roses



Philippe Ambroise



Le dernier flocon
du dernier jour de l'hiver
tombe - dans l'oubli



Patrick Peronne



avant son retour
elle se hâte de disparaître
-- première neige



Jean-Louis Chartrain



j'aime bien l'hiver
les femmes s'enveloppent
on peut rêver



Jean-Pierre Garcia Aznar




Janvier de pluie
une ride plus profonde
sous l’œil droit



Florence Houssais





rue glaciale
les buées emmêlées
avant les baisers



André Cayrel





froid sur la ville
je la vois dans sa robe
ensoleillée



André Cayrel




ce soir
sommes-nous encore amies ?
j'attends la neige



Sophie Hop


les traces d'un renard
imprimées dans la neige
l'écureuil se terre



Denise Therriault-Ruest



Entends-tu
Dans les branches les longs sanglots
De l'hiver



Nicole Braham



serrés près de l'âtre
tricots et bouquins espèrent
un retour de flamme



Flora Sholem





Puis viennent, avec 2 voix :



santé ! dit-il
à son reflet dans la vitre noire
- premiers froids



Fred Soète



Dans la neige fraîche
Un labyrinthe de flèches :
Marelle d’oiseaux



Jean-Paul Gallmann



hiver sans neige
les chambres vides
des enfants



Eléonore Nickolay

















Réchauffement
encore des haïkus d'été
en automne



Nidal Saïdi



Le vent sans un bruit,
retourne l'hiver côté clair -
une mouette glisse



Marco Trébuchet Leroux



courriel du nord
en cascade à mon oreille
l'écho du glacier



Bikko



sous le soleil froid
la page plus blanche
matin d'hiver



Monique Junchat



ce soir encore
trouver un coin pour dormir -
sport d'hiver



Ben Coudert





Dernières roses
bientôt les épines
du froid



Pascale Dehoux





les cimes des trembles
trinquent à l'hiver
« KANPAÏ » crie le geai



Cristiane Ourliac





rayons du soleil
sur la campagne enneigée
vol de grues cendrées



Eliane Fournier




La bise d'hiver
lui offre des perles
aux coins des yeux



Ruth Nicaise



première neige
au jardin très étonnés
les mésanges et moi



Robert Gillouin



nuit glaciale -
il ensoleille mes pas
le croissant de lune



Marie-Alice Maire



le ciel se tait
de l'horizon ils reviendront
 les oiseaux



Joelle Quinta Rayner



entièrement gelé
sans le cri des enfants
le bac à sable



Geneviève Chaudet







Ensuite, nous avons, avec 3 votes :


ciel d'hiver
d'un nuage de corneilles tombent
les premiers flocons



Eléonore Nickolay






blanche la lune
blanche la neige
qui éclaire qui



Fred Soète







Au seuil de l'an
cette peau neuve
que le vent griffe



Marco Trébuchet Leroux









crépuscule
le froid devient rose
autour de moi



Hélène Duc



gelée blanche
dans l'escalier de pierre
des outils sans âges



Bikko















Avec 4 voix, suit :













Sur le lac gelé
regarder le soleil
à l'envers



Ruth Nicaise









Les haïkus suivants ont reçu 5 votes :







Vide sur la neige
un petit gant noir et rouge
- second mercredi


Nomade Man









banc de mon grand-père
la neige a tout recouvert
sauf le souvenir



Richard Breitner







matin de givre -
quelques étoiles restées prisonnières
du pare-brise



Richard Breitner



















Sur son cou gracieux
il pose un frisson
l'hiver



Lilas Ligier




avec 6 voix :







Frimas du matin -
l'odeur du feu de bois
dans mon écharpe



Philippe Ambroise





























Et notre grande gagnante, avec 7 votes, est :









Premiers frimas
il fabrique pour la pêche
des mouches de mai



Florence Houssais 



































mercredi 27 janvier 2016

dans le ventre chaud

*
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
feuilles trempées du chemin ...
la mort
à chaque pas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
*
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
pluie verglaçante -
après la dispute
faire le premier pas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
*
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
de tes bras
à tes bras
... une journée dans le vent
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
*
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
matin glacé -
dans le ventre chaud du bus
jusqu'au bout du monde
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
*
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
longue soirée -
ici le temps se mesure
en bûches
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
© Copyright ( 27/01/2016) V. HOARAU


dimanche 10 janvier 2016

Maya

C'est avec une profonde tristesse que j'ai appris le décès de Maya Yammine. Je me replonge dans sa poésie, le cœur lourd.



 

 
 


ses moments de paix
 
 
 
 
 
 
 
 
récréation
les nuages jouent
à saute-mouton
 



 
 
 
 
 
 
 
 
fraîcheur de l'aube
encore un peu
je croirai ce silence

 

 

 
 



 
 
 
 

 
fleurs mortes
le matin s'occupe
de lui-même

 

 

 
 
 
 

 
 
 
 
 

 
chant des oiseaux
mes idées se dispersent
sous le feuillage

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

soupe de courge
la maison sent l'hiver
à petit feu
 



 
 
 
 
 
 
 
 
tombe la nuit
les lumières du sapin
dans les yeux du chat
 
 
 



 
 
 
 
 
 
bientôt l'hiver
tout se couvre de neige
jusque dans nos rêves
 
 
 
 
 
 



 
 

 
les pieds dans l'herbe
encore humide – le temps passe
tranquillement

 

 

 



 
 
 
 
 

 
et puis le silence
pour causer avec mon corps
de l'huile d'argan

 

 

 
 
 
 
 
 

 
ses moments de séduction et de plaisir

 

 

 
 
 
 
 
 

 
chemin montant
un moucheron
me fait la cour

 

 


 

 
 
 
 
 
 

 
un maillot à fleurs bleues
laisse flotter
une odeur de tendresse

 

 

 
 
 



 
 
 

 
tic tac de l'horloge
côte à côte sur le lit
les paupières tendres

 

 

 
 



 
 
 
 

 
sur un transat vert
je cherche les mots
qui me manquent

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
devant une confiture
de prunes et de cerises
ma main hésite

 
  
 

 
 
 
 
 
 

 
maison close
un fruit tremble
imperceptiblement

 

 

 
 


 
 
 
 
 

 
agenda chargé
sous ma chemise rouge
une dentelle noire

 

 

 
 
 


 
 
 
 

 
pause pipi
en profiter
pour fixer sa jarretière

 

 

 
 
 
 
 


 
 

 
rose tyrien
ma robe s'approche
au bord du soir

 

 

 
 
 
 
 
 


 
 
 

 
fin août
il s'en va avec mon rouge
sur ses lèvres

 

 

 
 


 
 
 
 
 

 
le vent
un peu plus chaud
entre mes jambes

 

 


 

 
 
 
 
 
 

 
canicule
l'été en moi
prend feu

 


 

 

 
 
 
 
 
 

 
la robe à lacets
prendre son temps
pour nouer et dénouer

 

 

 
 
 
 
 


 
 

 
son regard
dans l'épaisseur du silence
je me donne


 

 

 
 
 


 
 
 
 
 


ma robe ôtée
ses mains poursuivent la courbe
de mes années


 

 

 
 
 


 
 
 
 
 


sa langue vagabonde
sur les champs de ma peau
comme si...

 

 


 

 

 
 
 
 
 
 

quand il m'aime
je m'aime
réflexion d'un soir

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

à travers les trous

de son pull écru

les ptits remous de sa peau
 
 
 
 
 
 


 
 
 


il contemple
l'entrelacs de mes seins
chaud froid d'automne 

 
  
 

 
 
 
 
 
 

 
corps emmêlés
l'odeur fauve de l'amour
lentement s'évapore

 

 


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

glace brisée
ses petits ronflements

après l'amour
 
 
 
 


 
 
 
 
 
 
ses mots ce soir
une pluie de perle
sur mon dos nu
 
 
 



 
 
 
 
 

 
ses moments de nostalgie

 

 

 
 
 
 
 
 

 
fête de campagne
sur un slow nonchalant
mon premier baiser

 

 

 



 
 
 
 
 

 
première neige
ce garçon souriant à son père
c'est moi

 

 

 
 
 
 



 
 

 
cerner un monde
plein d'écailles
le baiser doux d'une mère

 

 

 
 
 
 
 
 
 

 

novembre en pleurs
une mère chante une berceuse

à son enfant








 
 
ses moments de souffrance

 

 

 
 
 
 
 
 

 
où que j'aille
toujours présente avec moi
la guerre

 

 




 
 
 
 
 
 

 
si pleine de moi
la main de mon père
sur son lit de mort

 

 

 
 
 



 
 
 

 
un pied dedans
un pied dehors
tous ces morts dans mes rêves

 

 

 
 
 
 
 
 

 
 
et ses moments de profonde solitude. Nous avions un jour parlé de la solitude. Elle m'avait décrit la sienne comme une plaie profonde, ancrée en elle.
 







 
 
parfois
les mains entre les cuisses
je prie

 

 

 
 



 
 
 
 

 
parfois
l’orgueil au siphon
être aimé

 

 




 
 
 
 
 
 

 
bientôt un an
ses derniers mots
prends soin de toi

 

 

 



 
 
 
 
 

 
fatiguée
jusqu'au bout des lèvres
un baiser suffit

 

 

 
 



 
 
 
 

 
nuit inachevée
j'ai laissé ma bonne humeur
de l'autre côté

 

 

 
 



 
 
 
 

 
tu en as choisi une autre
les feuilles des arbres
tombent si vite !

 

 




 
 
 
 
 
 

 
à voix basse
la nuit se perd
à son tour

 

 

 
 



 
 
 
 

 
matin d'ennui
même le regard du chat
dans le vague

 

 

 
 
 
 



 
 

 
cette nuit encore
le lit trop grand pour mes rêves
je caresse une ombre

 

 

 
 
 
 
 



 

 
rien ne vient
que cette pluie froide et drue
derniers d'octobre

 

 

 
 
 
 
 
 




 

bien avant le jour
à l'autre bout de la nuit
le corps froid et seul

 

 

 

 
 
 
 
 
 




 
 
 
 
entre moi et le monde
le silence
des coquelicots
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repose en paix, Maya. Nous t'aimions, tu sais. Tu vas tellement nous manquer.